Assurer la sécurité des services d'urgence

Le personnel des services d'urgence est confronté à des risques liés au gaz dans le cadre de son travail. Cependant, une évaluation immédiate de leur environnement dès leur arrivée ainsi qu'une surveillance continue lors d'une situation de sauvetage sont essentielles pour la santé de toutes les personnes concernées.

Quels sont les gaz présents ?

Des gaz toxiques comme le monoxyde de carbone (CO) et le cyanure d'hydrogène (HCN) sont présents en cas d'incendie. Individuellement, ces gaz sont dangereux, voire mortels, mais leur combinaison est exponentiellement pire : on les appelle les jumeaux toxiques.

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore, insipide et toxique produit par la combustion incomplète de combustibles à base de carbone, notamment le gaz, le pétrole, le bois et le charbon. C'est seulement lorsque le combustible ne brûle pas complètement qu'un excès de CO est produit, qui est toxique. Lorsque l'excès de CO pénètre dans le corps, il empêche le sang d'apporter de l'oxygène aux cellules, aux tissus et aux organes. Le CO est toxique car vous ne pouvez pas le voir, le goûter ou le sentir, mais il peut tuer rapidement sans avertissement.

Le cyanure d'hydrogène (HCN) est un produit chimique industriel important et plus d'un million de tonnes sont produites chaque année dans le monde. Le cyanure d'hydrogène (HCN) est un liquide ou un gaz incolore ou bleu clair, extrêmement inflammable. Il a une légère odeur d'amande amère, bien qu'elle ne soit pas détectable par tous. Le cyanure d'hydrogène a de nombreuses utilisations, principalement dans la fabrication de peintures, de plastiques, de fibres synthétiques (par exemple le nylon) et d'autres produits chimiques. Le cyanure d'hydrogène et d'autres composés du cyanure ont également été utilisés comme fumigant pour lutter contre les parasites. Ils sont également utilisés pour le nettoyage des métaux, le jardinage, l'extraction de minerais, la galvanoplastie, la teinture, l'impression et la photographie. Le cyanure de sodium et de potassium et d'autres sels de cyanure peuvent être fabriqués à partir du cyanure d'hydrogène.

Quels sont les risques ?

Ces gaz sont dangereux individuellement. Cependant, l'exposition aux deux combinés est encore plus dangereuse, c'est pourquoi un détecteur de gaz CO et HCN adéquat est essentiel là où se trouvent les jumeaux toxiques. Habituellement, la fumée visible est un bon indicateur, mais les jumeaux toxiques sont tous deux incolores. Ces gaz combinés sont généralement présents dans les incendies. Les pompiers et les autres personnels d'urgence sont formés pour faire attention à l'empoisonnement au CO dans les incendies. Toutefois, en raison de l'utilisation accrue de plastiques et de fibres synthétiques, le HCN peut être libéré jusqu'à 200 ppm dans les incendies domestiques et industriels. Ces deux gaz sont à l'origine de milliers de décès liés aux incendies chaque année, et doivent donc être davantage pris en compte dans la détection des gaz d'incendie.

La présence de HCN dans l'environnement ne conduit pas toujours à une exposition. Cependant, pour que le HCN ait des effets néfastes sur la santé, il faut que vous entriez en contact avec lui, c'est-à-dire que vous le respiriez, le mangiez, le buviez ou que vous entriez en contact avec la peau ou les yeux. Après une exposition à un produit chimique, les effets néfastes sur la santé dépendent d'un certain nombre de facteurs, tels que la quantité à laquelle vous êtes exposé (dose), la manière dont vous êtes exposé, la durée de l'exposition, la forme du produit chimique et si vous avez été exposé à d'autres produits chimiques. Le HCN étant très toxique, il peut empêcher le corps d'utiliser correctement l'oxygène. Les premiers signes d'une exposition au HCN sont les suivants : maux de tête, nausées, vertiges, confusion et même somnolence. Une exposition substantielle peut rapidement conduire à une perte de conscience, un ajustement, un coma et éventuellement la mort. Si l'on survit à une exposition importante, il peut y avoir des effets à long terme dus à des dommages au cerveau et à d'autres dommages au système nerveux. Les effets du contact avec la peau nécessitent une grande surface de la peau pour être exposés.

Quels sont les produits disponibles ?

Pour les équipes de services d'urgence, l'utilisation de détecteurs de gaz portables est essentielle. Des gaz toxiques sont produits lorsque des matériaux sont brûlés, ce qui signifie que des gaz et des vapeurs inflammables peuvent être présents.

Notre site Gas-Pro est un détecteur multigaz portable qui permet de détecter jusqu'à 5 gaz dans une solution compacte et robuste. Il est doté d'un écran supérieur facile à lire, ce qui le rend facile à utiliser et optimal pour la détection de gaz dans les espaces confinés. Une pompe interne optionnelle, activée par la plaque d'écoulement, rend les tests de pré-entrée moins pénibles et permet au Gas-Pro d'être porté en mode pompage ou diffusion. Changements de pellistor sur le terrain pour le méthane, l'hydrogène, le propane, l'éthane, l'acétylène (0-100% LIE, avec une résolution de 1% LIE). En permettant le changement de pellistor sur place, les détecteurs Gas-Pro offrent aux utilisateurs la possibilité de tester de manière pratique une gamme de gaz inflammables, sans avoir besoin de plusieurs capteurs ou détecteurs. De plus, ils peuvent continuer à s'étalonner en utilisant les cartouches de méthane existantes, ce qui permet de gagner du temps et de l'argent. Le capteur de gaz pour le cyanure d'hydrogène a une plage de mesure de surveillance de 0-30 ppm avec une résolution de 0,1 ppm.

Tetra 3 peut détecter et surveiller les quatre gaz les plus courants (monoxyde de carbone, méthane, oxygène et sulfure d'hydrogène), mais aussi une gamme étendue : ammoniac, ozone, dioxyde de soufre, H2 CO filtré (pour les aciéries) et le dioxyde de carbone IR (uniquement pour les zones sécurisées).

T4 est un détecteur de gaz portable 4 en 1 qui offre une protection efficace contre 4 dangers courants liés aux gaz : monoxyde de carbone, sulfure d'hydrogène, gaz inflammables et appauvrissement en oxygène. Le détecteur multigaz T4 est désormais doté d'une détection améliorée du pentane, de l'hexane et d'autres hydrocarbures à longue chaîne.

Le Clip Single Gas Detector (SDG) est un détecteur de gaz industriel conçu pour être utilisé dans les zones dangereuses. Il offre une surveillance fiable et durable à durée de vie fixe dans un boîtier compact, léger et sans entretien. Le Clip SGD a une durée de vie de 2 ans et est disponible pour le sulfure d'hydrogène (H2S), le monoxyde de carbone (CO) ou l'oxygène (O2).

Gasman est un appareil à fonctions complètes dans un boîtier compact et léger - parfait pour les clients qui ont besoin de plus d'options de capteur, de TWA et de capacité de données. Il est disponible avec un capteur O2 à longue durée de vie et la technologie de capteur MPS.

MPS Sensor offre une technologie avancée qui supprime le besoin d'étalonnage et fournit une "vraie LIE" pour la lecture de quinze gaz inflammables, mais peut détecter tous les gaz inflammables dans un environnement multi-espèces. De nombreuses industries et applications utilisent ou ont comme sous-produit des gaz multiples dans un même environnement. Cela peut constituer un défi pour les capteurs traditionnels qui ne peuvent détecter qu'un seul gaz pour lequel ils ont été étalonnés et qui peuvent donner lieu à des relevés inexacts, voire à de fausses alarmes, susceptibles d'interrompre le processus ou la production. Les défis rencontrés dans les environnements à plusieurs espèces de gaz peuvent être frustrants et contre-productifs. Notre capteur MPS™ peut détecter avec précision plusieurs gaz à la fois et identifier instantanément le type de gaz. Notre capteur MPS™ dispose d'une compensation environnementale embarquée et ne nécessite pas de facteur de correction. Les relevés imprécis et les fausses alarmes font partie du passé.

Crowcon Connect est une solution de sécurité et de conformité au gaz qui utilise un service de données en nuage flexible offrant des informations exploitables sur la flotte de détecteurs. Ce logiciel basé sur le cloud fournit une vue d'ensemble de l'utilisation des appareils avec un tableau de bord montrant la proportion d'appareils qui sont assignés ou non à un opérateur, pour la région ou la zone spécifique sélectionnée. Fleet Insights donne un aperçu des appareils allumés/éteints, synchronisés ou en alarme.

Quels sont les dangers de l'entrée dans un espace confiné ?

Qu'est-ce qu'un espace confiné et est-il classifié ? 

Les espaces confinés sont une préoccupation mondiale. Dans ce blog, nous nous référons à la documentation dédiée du Health and Safety Executive du Royaume-Uni, ainsi qu'à celle de l'OSHA des États-Unis, car elles sont largement familières aux procédures de santé et de sécurité des autres pays.

Un espace confiné est un endroit qui est substantiellement fermé, mais pas toujours entièrement, et où des blessures graves peuvent être causées par des substances ou des conditions dangereuses à l'intérieur de l'espace ou à proximité, comme un manque d'oxygène. Comme ils sont si dangereux, il danger, il convient de noter que toute entervention dans des espaces confinés doit être la seule et dernière option pour effectuer un travail. Règlement sur les espaces confinés de 1997. Code de pratique approuvé, règlements et conseils est destiné aux employés qui travaillent dans des espaces confinésceux qui emploient ou forment ces personnes et ceux qui les représentent.

Les risques et les dangers :

Un espace confiné qui contient certaines conditions dangereuses peut être considéré comme un espace confiné nécessitant un permis selon la norme. Les espaces confinés nécessitant un permis peuvent être immédiatement dangereux pour la vie des opérateurs s'ils ne sont pas correctement identifiés, évalués, testés et contrôlés. Un espace confiné nécessitant un permis peut être défini comme un espace confiné où il existe un risque d'un (ou plusieurs) des éléments suivants :

  • Blessures graves dues à un incendie ou à une explosion
  • Perte de conscience due à une augmentation de la température corporelle
  • Perte de conscience ou asphyxie due à un gaz, une fumée, une vapeur ou un manque d'oxygène.
  • Noyade due à une élévation du niveau d'un liquide
  • Asphyxie due à un solide qui s'écoule librement ou à l'impossibilité d'atteindre un environnement respirable parce qu'on est piégé par un tel solide.

Ceux-ci découlent des risques suivants :

  • Substances inflammables et enrichissement en oxygène(en savoir plus)
  • Chaleur excessive
  • Gaz, fumées ou vapeurs toxiques
  • Déficience en oxygène
  • Entrée ou pression de liquides
  • Matériaux solides à écoulement libre
  • Autres risques (tels que l'exposition à l'électricité, le bruit fort ou la perte de l'intégrité structurelle de l'espace)

Identification des espaces confinés 

LeHSE classe les espaces confinés comme tout endroit, y compris les chambres, les réservoirs, les cuves, les silos, les fosses, les tranchées, les tuyaux, les égouts, les conduits, les puits ou tout autre espace similaire dans lequel, en raison de sa nature fermée, il existe un risque spécifique raisonnablement prévisible, tel que décrit ci-dessus.

La plupart des espaces confinés sont faciles à identifier, bien qu'une identification soit parfois nécessaire car un espace confiné n'est pas nécessairement fermé de tous les côtés - certains, comme les cuves, les silos et les cales de navires, peuvent avoir un toit ou des côtés ouverts. Ils ne sont pas non plus exclusifs à un espace restreint et/ou difficile à travailler - certains, comme les silos à grains et les cales de navires, peuvent être très grands. Il n'est pas forcément difficile d'y entrer ou d'en sortir - certains ont plusieurs entrées/sorties, d'autres ont des ouvertures assez grandes ou il est apparemment facile de s'en échapper. Ou un endroit où les gens ne travaillent pas régulièrement - certains espaces confinés (tels que ceux utilisés pour la peinture au pistolet dans les centres de réparation automobile) sont utilisés régulièrement par des personnes dans le cadre de leur travail.

Il peut arriver qu'un espace en soi ne soit pas défini comme un espace confiné, mais que pendant le travail, et jusqu'à ce que le niveau d'oxygène se rétablisse (ou que les contaminants se soient dispersés en ventilant la zone), il soit classé comme un espace confiné. Voici quelques exemples de scénarios : le soudage qui consomme une partie de l'oxygène respirable disponible, une cabine de peinture pendant la pulvérisation de peinture, l'utilisation de produits chimiques à des fins de nettoyage qui peuvent ajouter des composés organiques volatils (COV) ou des gaz acides, ou une zone soumise à une rouille importante qui a réduit l'oxygène disponible à des niveaux dangereux.

Quelles sont les règles et réglementations pour les employeurs ?

L'OSHA (Occupational Safety and Health Administration ) a publié une fiche d'information qui met en évidence toutes les règles et réglementations relatives aux travailleurs résidentiels dans les espaces confinés.

En vertu des nouvelles normes, l'obligation de l'employeur dépendra du type d'employeur qu'il est. L'entrepreneur chargé du contrôle est le principal point de contact pour toute information concernant le PRCS sur le site.

L'employeur hôte : L'employeur qui possède ou gère le bien où se déroulent les travaux de construction.

L'employeur ne peut pas compter uniquement sur les services d'urgence pour le sauvetage. Un service spécialisé doit être prêt à intervenir en cas d'urgence. Les dispositions pour le sauvetage d'urgence, exigées par la réglementation 5 du règlement sur les espaces confinés, doivent être appropriées et suffisantes. Si nécessaire, des équipements permettant d'effectuer des procédures de réanimation doivent être fournis. Ces dispositions doivent être mises en place avant que toute personne ne pénètre ou ne travaille dans un espace confiné.

L'entrepreneur chargé du contrôle : L'employeur qui a la responsabilité globale de la construction sur le chantier.

L'employeur ou le sous-traitant d'entrée : Tout employeur qui décide qu'un employé qu'il dirige va entrer dans un espace confiné nécessitant un permis.

Les employés ont la responsabilité de soulever des préoccupations telles que l'aide à la mise en évidence de tout risque potentiel sur le lieu de travail, la garantie que les contrôles de santé et de sécurité sont pratiques et l'augmentation du niveau d'engagement à travailler d'une manière sûre et saine.

Test et surveillance de l'atmosphère :

Avant l'entrée, l'atmosphère d'un espace confiné doit être testée pour vérifier la concentration en oxygène et la présence de gaz, de fumées ou de vapeurs dangereux. Des tests doivent être effectués lorsque la connaissance de l'espace confiné (par exemple, à partir d'informations sur son contenu antérieur ou sur les produits chimiques utilisés lors d'une activité antérieure dans l'espace) indique que l'atmosphère pourrait être contaminée ou, dans une certaine mesure, dangereuse à respirer, ou lorsqu'il existe un doute sur l'état de l'atmosphère. Des tests doivent également être effectués si l'atmosphère a été contaminée précédemment et a été ventilée en conséquence (HSE Safe Work in Confined Spaces : Confined Spaces Regulations 1997 et Approved Codes of Practice).

Le choix de l'équipement de surveillance et de détection dépendra des circonstances et de la connaissance des contaminants possibles et vous devrez peut-être prendre conseil auprès d'une personne compétente pour décider du type qui convient le mieux à la situation - Crowcon peut vous aider à cet égard.

L'équipement de surveillance doit être en bon état de fonctionnement. Les tests et l'étalonnage peuvent être inclus dans les contrôles quotidiens des opérateurs (un contrôle de réponse) lorsqu'ils sont identifiés comme nécessaires conformément à nos spécifications.

Lorsqu'il existe un risque potentiel d'atmosphères inflammables ou explosives, un équipement spécifiquement conçu pour les mesurer sera requis et certifié. Sécurité intrinsèque. Tous ces équipements de surveillance doivent être spécifiquement adaptés à une utilisation dans des atmosphères potentiellement inflammables ou explosives. Les moniteurs de gaz inflammables doivent être étalonnés pour les différents gaz ou vapeurs que l'évaluation des risques a identifiés comme pouvant être présents et peuvent nécessiter des étalonnages différents pour les différents espaces confinés. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d'aide

Les tests doivent être effectués par des personnes compétentes dans la pratique et connaissant les normes existantes pour les contaminants atmosphériques mesurés, et qui sont également instruites et formées aux risques liés à la réalisation de tels tests dans un espace confiné. Les personnes effectuant les tests doivent également être capables d'interpréter les résultats et de prendre les mesures nécessaires. Les résultats et les conclusions doivent être consignés dans des registres, en veillant à ce que les mesures soient effectuées dans l'ordre suivant : oxygène, inflammables, puis toxiques.

L'atmosphère d'un espace confiné peut souvent être testée de l'extérieur, sans qu'il soit nécessaire d'y pénétrer, en prélevant des échantillons à travers une longue sonde. En cas d'utilisation d'un tube d'échantillonnage flexible, assurez-vous qu'il n'aspire pas d'eau ou qu'il n'est pas entravé par des coudes, des blocages ou des buses bloquées ou restreintes ; des filtres en ligne peuvent y contribuer.

Quels sont les produits à sécurité intrinsèque qui conviennent à la sécurité des espaces confinés ?

Ces produits sont certifiés conformes aux normes locales de sécurité intrinsèque.

Le détecteur multigaz portable Gas-Pro permet de détecter jusqu'à 5 gaz dans une solution compacte et robuste. Il est doté d'un écran supérieur facile à lire, ce qui le rend facile à utiliser et optimal pour la détection de gaz dans les espaces confinés. Une pompe interne optionnelle, activée par la plaque d'écoulement, rend les tests de pré-entrée moins pénibles et permet au Gas-Pro d'être porté en mode pompage ou diffusion.

LeGas-Pro TK offre les mêmes avantages en matière de sécurité des gaz que le Gas-Pro ordinaire, tout en proposant le mode Tank Check qui peut varier automatiquement entre %LEL et %Volume pour les applications d'inertage.

Le détecteur de gaz portableT4 4-en-1 offre une protection efficace contre 4 dangers courants liés aux gaz : monoxyde de carbone, sulfure d'hydrogène, gaz inflammables et appauvrissement en oxygène. Le détecteur de gaz T4 est désormais doté d'une détection améliorée du pentane, de l'hexane et d'autres hydrocarbures à longue chaîne.

Le détecteur multigaz portableTetra 3 peut détecter et surveiller les quatre gaz les plus courants (monoxyde de carbone, méthane, oxygène et sulfure d'hydrogène), mais aussi une gamme élargie : ammoniac, ozone, dioxyde de soufre, CO filtré par H2 (pour les aciéries).

Pourquoi est-il important de mesurer l'oxyde d'azote (NOx) ?

Dans l'Union européenne et au Royaume-Uni, il est désormais obligatoire pour tous les nouveaux produits de chauffage et de plomberie domestiques (d'une puissance allant jusqu'à 400 kW) de respecter les niveaux maximums d'émission d'oxyde d'azote (NOx). Cette mesure est conforme à une grande partie de la réglementation internationale : Les émissions de NOx sont contrôlées par la loi ou la réglementation dans de nombreux pays (notamment les États-Unis, le Canada, l'Australie et Singapour) et peuvent varier davantage selon le secteur (les secteurs maritime et automobile peuvent avoir leurs propres codes et limites spécifiques, par exemple).

La réglementation des NOx s'impose car ce gaz est un polluant majeur, associé à des milliers de décès dans le monde par ses effets - directs et indirects - sur la santé humaine. Il a été associé à l'asthme chez les enfants, à l'inflammation pulmonaire et à une foule d'autres troubles respiratoires, ainsi qu'à des dommages cardiovasculaires. Les NOx sont dangereux pour les animaux, les plantes et les écosystèmes et sont un composant majeur des pluies acides et du smog.

Malgré son nom singulier, le NOx est en fait un terme collectif désignant les oxydes d'azote - une famille de gaz hautement réactifs et toxiques - qui sont produits lors de la combustion de combustibles fossiles. Bien que la pollution par les NOx soit un problème mondial, les grandes villes sont particulièrement touchées par les gaz d'échappement des véhicules et les émissions des systèmes de chauffage ; environ un tiers de la pollution par les NOx d'une grande ville provient du chauffage. En outre, le dioxyde d'azote réagit à la lumière du soleil avec d'autres gaz (tels que les composés organiques volatils) pour produire de l'ozone, qui est un gaz à effet de serre.

Pourquoi mesurer les NOx ? 

Les émissions de NOx étant de plus en plus réglementées, elles doivent être mesurées pour garantir la conformité aux directives pertinentes. La mesure des NOx provenant des chaudières et d'autres appareils domestiques est également effectuée pour vérifier que ceux-ci fonctionnent en toute sécurité et pour s'assurer que le propriétaire/opérateur et son entourage ne sont pas exposés à un excès de NOx.

Mesure des NOx avec un analyseur de gaz de fumée/analyseur de combustion 

Sprint ProEn plus de devoir répondre aux exigences de la réglementation, le secteur du CVC reconnaît l'importance croissante de la mesure des NOx en raison de l'attention portée dans le monde entier aux questions de durabilité et d'écologie, et de la prise de conscience de ses effets nocifs sur la santé. Cela se traduit par un marché croissant pour les analyseurs de combustion qui calculent les NOx (par exemple, le Sprint Pro 5 et le Sprint Pro 6).  

À court et moyen terme, la demande de mesure des NOx semble devoir augmenter ; la réduction des émissions de NOx est un élément clé des politiques de durabilité dans le monde entier et les ingénieurs et concepteurs en CVC donnent la priorité à la conception de formes de chauffage meilleures et plus propres (qui devront être évaluées, vérifiées et entretenues).

Au fil du temps, il est probable que les systèmes à très faible émission de NOx et à haute efficacité domineront, et la mesure des NOx deviendra donc un paramètre de plus en plus important et une partie plus importante du travail quotidien dans le secteur du CVC.

Nos modèles Sprint Pro 5 et 6 sont livrés complets avec des capteurs de NO dédiés.de capteurs de NO dédiés permettant une gamme d'options de mesure de NO et NOx.

Qu'est-ce qu'un détecteur de flammes et comment fonctionne-t-il ?

Qu'est-ce qu'un détecteur de flammes ??

Un détecteur de flamme est un type de capteur capable de détecter et de réagir à la présence d'une flamme. Ces détecteurs ont la capacité d'identifier le liquide sans fumée et la fumée qui peut créer un feu ouvert. Par exemple, les détecteurs de flamme sont largement utilisés dans les chaudières, car un détecteur de flamme peut détecter la chaleur, la fumée et le feu. Ces appareils peuvent également détecter le feu en fonction de la température et du mouvement de l'air. Les détecteurs de flammes utilisent la technologie des ultraviolets (UV) ou des infrarouges (IR) pour identifier les flammes, ce qui signifie qu'ils peuvent donner l'alerte en moins d'une seconde. Le détecteur de flammes réagit à la détection d'une flamme en fonction de son installation, il peut par exemple déclencher une alarme, désactiver la conduite de carburant ou même activer un système d'extinction d'incendie.

Où trouver ces détecteurs ? 

  • Entrepôts industriels
  • Installations de production chimique
  • Magasins de produits chimiques
  • Stations de stockage et de pompage d'essence
  • Ateliers de soudage à l'arc
  • Centrales électriques
  • Postes de transformation
  • Tunnels souterrains
  • Bancs d'essai de moteurs
  • Magasins de bois

Quels sont les composants d'un système de surveillance de la flamme et comment fonctionne-t-il ?

Le composant principal d'un système de détection de flamme est le détecteur lui-même. Il comprend des circuits de détection photoélectriques, des circuits de conditionnement du signal, des systèmes à microprocesseur, des circuits d'entrée/sortie et des systèmes de refroidissement du vent. Les capteurs du détecteur de flamme détectent le rayonnement émis par la flamme, le circuit photoélectrique convertit le signal d'intensité du rayonnement de la flamme en un signal de tension pertinent et ce signal est traité dans un micro-ordinateur monopuce et converti en une sortie souhaitée.

Combien de types de détecteurs de flamme existe-t-il et comment fonctionnent-ils ? 

Il existe 3 types différents de détecteurs de flammes : Ultra-Violet, Infra-Rouge et une combinaison des deux : Ultra-Violet-Infra-Rouge.

Ultra-Violet (UV) 

Ce type de détecteur de flamme fonctionne en détectant le rayonnement UV au point d'allumage. Presque tous les incendies émettent des radiations UV, donc en cas de flamme, le capteur s'en rend compte et produit une série d'impulsions qui sont converties par l'électronique du détecteur en une sortie d'alarme.

Un détecteur UV présente des avantages et des inconvénients. Les avantages d'un détecteur UV incluent une réponse rapide, la capacité de répondre aux feux d'hydrocarbures, d'hydrogène et de métal. D'autre part, les inconvénients des détecteurs UV incluent la réponse à la soudure à longue distance, et ils peuvent également répondre aux éclairs, aux étincelles, etc.

Infra-Rouge (IR) 

Le détecteur de flamme à infrarouge fonctionne en vérifiant la bande spectrale infrarouge à la recherche de certains oripeaux que les gaz chauds dégagent. Toutefois, ce type d'appareil nécessite un mouvement de vacillement de la flamme. Le rayonnement infrarouge peut être émis non seulement par les flammes, mais aussi par les fours, les lampes, etc. Le risque de fausse alarme est donc plus élevé.

UV-IR 

Ce type de détecteur est capable de détecter à la fois les radiations UV et IR, il possède donc à la fois le capteur UV et IR. Les deux capteurs fonctionnent individuellement de la même manière que ceux décrits, mais les deux circuits supplémentaires traitent les signaux présents du fait de la présence des deux capteurs. Par conséquent, le détecteur combiné a une meilleure capacité de rejet des fausses alarmes que le détecteur UV ou IR individuel.

Bien qu'il existe des avantages et des inconvénients du détecteur de flamme UV/IR. Les avantages comprennent une réponse rapide et une immunité contre les fausses alarmes. D'autre part, les inconvénients du détecteur de flammes UV/IR incluent le fait qu'il ne peut pas être utilisé pour les incendies sans carbone et qu'il ne peut détecter que les incendies qui émettent à la fois le rayonnement UV/IR et pas individuellement.

Des produits sont-ils disponibles ? 

Le FGard IR3 offre des performances supérieures dans la détection des feux d'hydrocarbures. L'appareil utilise les derniers algorithmes de détection de flamme IR pour garantir une immunité maximale aux fausses alarmes. Le détecteur a été testé indépendamment pour démontrer qu'il peut détecter un feu de casserole d'hydrocarbure à près de 200 pieds en moins de 5 secondes. Le FGuard IR3 possède un IR multi-spectre permettant une portée de détection de flamme de 60 mètres. Cela permet de détecter tous les feux d'hydrocarbures sans formation de condensation sur la fenêtre, ce qui améliore la fiabilité et les performances quelle que soit la température. Ce produit a un temps de détection rapide répondant en moins de 5 secondes à un feu de 0,1m² à 60 mètres.

Crowcon propose une gamme de détecteurs de flammes à infrarouge (IR) et à ultraviolet (UV) permettant de détecter rapidement les flammes à distance. Selon le modèle, cela inclut une variété de feux de gaz et de carburant, y compris ceux générés par des hydrocarbures, de l'hydrogène, des métaux, des sources inorganiques et hydroxylées.

Réinitialisation et réétalonnage - Guide d'étalonnage du FGA

Veiller à ce que votre analyseur de gaz de combustion (AGC) soit régulièrement entretenu va de soi, mais le comment et le pourquoi nécessitent un peu plus d'attention. Cet article explique le processus d'étalonnage et présente des conseils et astuces pratiques pour la maintenance et les meilleures pratiques. 

 

L'acte d'étalonnage 

L'étalonnage d'un FGA consiste à vérifier les capteurs pour garantir une mesure précise d'une concentration connue de gaz d'étalonnage certifié. Pour ce faire, la lecture doit être ajustée pour correspondre à la concentration du gaz grâce à un étalonnage initial du capteur de l'unité nouvelle ou existante.

Ensuite, il y a la dérive d'étalonnage, qui est effectuée à l'aide d'instruments existants pour ramener la lecture après la dérive. La mesure de la dérive de la jauge permet de voir à quel point elle s'est éloignée de la réalité et d'exclure les erreurs de mesure. 

 

Calibration de la Sprint Pro

La régularité est la clé

Les capteurs se dégradent avec le temps, chaque capteur ayant une durée de vie différente pour un fonctionnement optimal, qu'il s'agisse de capteurs électrochimiques, de capteurs à billes catalytiques ou de capteurs infrarouges. Un étalonnage régulier permet d'augmenter les niveaux de gain et de remettre le capteur en conformité afin d'éviter les lectures erronées dangereuses. 

Une fois que le capteur a atteint un certain point, il ne peut plus être remis dans la bonne position et c'est à ce moment-là qu'un nouveau capteur doit être installé. 

 

Explication de la procédure d'étalonnage 

La première étape du processus consiste à mettre l'appareil en mode d'étalonnage. Cela permet d'alimenter les capteurs avec un gaz de test d'une concentration connue pour voir comment ils réagissent. Les niveaux de gain sont ajustés dans le capteur pour faire correspondre les relevés à la concentration introduite tout en atténuant les pertes. 

Les nouveaux paramètres sont verrouillés dans le micrologiciel de l'appareil et un rapport d'étalonnage est produit, créant un résultat PASS ou FAIL. 

Conseils et astuces sur les meilleures pratiques

Voici quelques recommandations de meilleures pratiques pour vous aider à maintenir votre FGA.

  • Nettoyez régulièrement le piège à eau - L'humidité est un sous-produit de la combustion et peut être aspirée dans le FGA lorsqu'un test est effectué. Les dégâts causés par l'eau sont la première cause de dommages dans les analyseurs de gaz de combustion, il est donc impératif de vérifier, vider et remplacer les pièges à eau et les filtres intégrés de l'appareil pour s'en protéger.
  • Purgez l'appareil à l'air pur avant de le mettre hors tension. - les gaz nocifs sont aspirés du conduit de fumée et passent sur les capteurs pour obtenir une lecture. Une fois le test terminé et le système fermé, une partie de ce gaz reste piégée à l'intérieur. Cela peut provoquer des dommages dus à la corrosion et réduire la durée de vie de l'appareil. Il est donc indispensable de purger l'appareil à l'air libre avant de l'éteindre.
  • Mettez-le à l'intérieur pour le protéger des conditions climatiques froides - Pour réduire les risques d'accumulation de condensation et de dégâts des eaux dans votre FGA, veillez à retirer l'unité de votre fourgon pendant la nuit. Cela réduit également le risque de vol.
  • Utilisez des chargeurs agréés avec des sorties adaptées à l'appareil cible. - Les chargeurs non approuvés endommagent la batterie et réduisent la rétention de la charge, voire endommagent la batterie et les puces électroniques de l'appareil lui-même.
  • Vérifiez les sondes et les tuyaux de raccordement des appareils - toute fente ou fissure dans la maison en caoutchouc entraînera des lectures incorrectes. Effectuer des contrôles périodiques de vos tuyaux pour s'assurer qu'ils sont en bon état de fonctionnement est une habitude utile.

 

Options de service tout compris 

Vous avez plusieurs options lorsque vous envoyez votre appareil pour son entretien et son étalonnage annuels :

Envoyez-le directement à nous

Le système innovant de gabarit Autocal de Crowcon gère le processus d'étalonnage de bout en bout des FGA Sprint Pro. Une unité non calibrée entraîne des erreurs dans les rapports de combustion produits et peut perturber votre quotidien. 

L'entretien d'Autocal est facile. Il vous suffit d'apporter votre FGA à l'un des points de dépôt de DPD. Votre appareil sera inspecté, testé et calibré dans les deux jours et vous sera renvoyé grâce à l'option de retour express avec suivi de DPD.

Pour plus d'informations, veuillez consulter https://shop.crowcon.com/.

Envoyez-le à votre magasin local

Déposez votre appareil au comptoir commercial local ou dans un centre de service spécialisé à un moment qui vous convient et ils travailleront avec nous pour faciliter l'étalonnage annuel.
Ils vous contacteront pour venir récupérer votre appareil une fois l'étalonnage terminé.

Que sont les moniteurs de zone et comment les utiliser ?

Les fuites extérieures de réservoirs de stockage ou de pipelines constituent un type particulier de danger. De nombreuses zones extérieures ne disposent pas de détecteurs permanents et fixes. Si vous vous fiez uniquement à un détecteur personnel, le temps qu'il se déclenche, il est possible que vous soyez englouti dans un nuage de gaz dangereux. Par conséquent, un système d'alerte temporaire entre vous et la source potentielle d'un danger gazeux a la capacité de vous avertir des problèmes qui vous guettent.

Que sont les moniteurs de zone et où seraient-ils utilisés ?

Les moniteurs de zone temporaires sont généralement des unités robustes qui peuvent être placées de façon autonome pour surveiller une petite zone ou plusieurs unités peuvent être reliées entre elles par un réseau câblé ou sans fil pour créer un périmètre de défense d'une zone plus grande. Les dispositifs de surveillance de zone aident le personnel de sécurité à protéger ses employés contre les risques liés aux gaz dans les situations, en plus - ou parfois en remplacement - des moniteurs de gaz personnels et portables utilisés comme équipement de protection individuelle (EPI). Les moniteurs de zone peuvent être positionnés de manière à créer une barrière entre les dangers potentiels et les travailleurs, afin de les informer de ce vers quoi ils se dirigent ou des dangers potentiels qui les guettent. Cela se produit le plus souvent lorsque le travail a lieu en dehors des opérations normales, où les risques sont plus élevés et/ou différents, comme dans le cas de projets spéciaux, de la construction, de la maintenance, des arrêts, des sites ou des plates-formes temporaires, etc. Ainsi, ils peuvent être utilisés pour former une barrière autour d'un réservoir ou le long d'une portion de pipeline à proximité du lieu de travail. Les unités portables peuvent être facilement déployées pour assurer la surveillance de la ligne de clôture pendant la maintenance, les arrêts ou les révisions. L'objectif est de s'assurer que les dispositifs ne sont pas si éloignés les uns des autres que du gaz pourrait passer entre eux sans être détecté. Si un système fixe est mis hors service pour maintenance, un réseau de moniteurs de zone temporaires à déploiement rapide est une option idéale pour remplacer le système fixe jusqu'à ce que la maintenance soit terminée et que le système soit remis en ligne.

Comment en utilisez-vous un ?

Les unités peuvent être connectées par des câbles. Cependant, une connexion sans fil entre les moniteurs de zone individuels est également disponible et évite d'introduire un risque potentiel de trébuchement. Cela pourrait ajouter considérablement à une tâche déjà risquée, par exemple en cas de travail en hauteur. Certains systèmes sans fil créent un réseau maillé "auto-réparateur". Dans ce cas, si la connexion sans fil entre deux appareils s'affaiblit, le réseau réachemine automatiquement les communications via d'autres appareils compatibles, créant ainsi un réseau maillé qui permet d'obtenir un réseau sans fil plus robuste et plus efficace.

L'avantage d'une connexion sans fil est qu'il est pratique d'utiliser des répéteurs ou des unités supplémentaires pour relayer les alertes directement à la salle de contrôle. Outre les signaux d'alerte au gaz, certains détecteurs transmettent d'autres défauts, par exemple la perte de signal ou l'alarme "batterie faible". Ce mode d'alerte programmé est souvent transmis par une séquence spécifique de signaux, par exemple la balise et les lumières clignoteront pendant 3 secondes, suivies d'une pause de 5 secondes qui sera répétée jusqu'à ce qu'un opérateur acquitte l'alarme.

La surveillance sans fil des zones temporaires permet un déploiement rapide tout en assurant un niveau élevé de protection des travailleurs dans des circonstances où les risques sont difficiles à surveiller. Le personnel travaillant en hauteur peut être alerté de tout risque de gaz au sol, ou vice versa, et la même alarme peut être relayée à la salle de contrôle en ayant un détecteur supplémentaire dans la salle de contrôle. L'alarme sonore est nettement plus forte que celle d'un portable standard et la séquence lumineuse est plus brillante et clignote plus rapidement sur l'unité Detective+ lorsque du gaz est détecté. La séquence lumineuse est plus brillante et clignote plus rapidement sur l'unité Detective+ lorsque du gaz est détecté, alors que la séquence sur les autres unités du réseau est plus lente. Cela permet de différencier l'unité la plus proche du gaz des autres, de sorte que tout le monde est alerté de l'emplacement du danger. Contrairement aux avantages de ces produits, la configuration tend à être simple, sans matériel supplémentaire. Les batteries de Detective+ sont plus grandes et durent plus longtemps que les portables classiques. Dans l'ensemble, ces appareils offrent une solution simple mais efficace pour protéger les travailleurs en dehors des opérations normales.

Le Detective+ de Crowcon est idéal pour la surveillance temporaire de zones pendant que les ouvriers effectuent une réparation. Detective+ est portable et peut être facilement déployé pour assurer la surveillance de la ligne de clôture pendant les arrêts ou les révisions. Si vous travaillez sur un ventilateur à ailettes de tour de refroidissement, les unités Detective+ sont connectées à d'autres unités (jusqu'à 70 m de distance) via les modules Detective Wireless, qui éliminent le besoin de câblage entre les unités. Detective Wireless utilise le réseau maillé RICOCHET qui a fait ses preuves. Dans le cas inhabituel où la connexion sans fil entre deux appareils s'affaiblit, le réseau réachemine automatiquement les communications via d'autres appareils compatibles RICOCHET et s'auto-répare ainsi. En substance, cela crée un réseau maillé permettant un réseau sans fil plus robuste et plus efficace.

En savoir plus sur la surveillance des zones

Pourquoi ai-je besoin d'un moniteur de CO personnel ?

Qu'est-ce que le CO ? 

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore, insipide et toxique produit par la combustion incomplète de combustibles à base de carbone, notamment le gaz, le pétrole, le bois et le charbon. C'est seulement lorsque le combustible ne brûle pas complètement qu'un excès de CO est produit, qui est toxique. Lorsque l'excès de CO pénètre dans le corps, il empêche le sang d'apporter de l'oxygène aux cellules, aux tissus et aux organes. Le CO est toxique car vous ne pouvez pas le voir, le goûter ou le sentir, mais il peut tuer rapidement sans avertissement. Les statistiques du Health and Safety Executive (HSE) montrent que, chaque année, environ 15 personnes meurent d'une intoxication au CO causée par des appareils à gaz et des conduits de fumée qui n'ont pas été correctement installés ou entretenus ou qui sont mal ventilés. Bien que certains niveaux présents ne tuent pas, ils peuvent nuire gravement à la santé s'ils sont respirés pendant une période prolongée, avec des cas extrêmes de paralysie et de lésions cérébrales dues à une exposition prolongée au CO. Par conséquent, la compréhension du danger d'empoisonnement au CO ainsi que l'éducation du public pour qu'il prenne les précautions appropriées pourraient inévitablement réduire ce risque.

Où le CO est-il présent et pourquoi est-il dangereux ? 

Le CO est présent dans plusieurs industries différentes, telles que l'industrie manufacturière, l'approvisionnement en électricité, les mines de charbon et de métaux, l'industrie alimentaire, le pétrole et le gaz, la production de produits chimiques et le raffinage du pétrole, pour n'en citer que quelques-uns.

Les effets de l'empoisonnement au CO peuvent inclure l'essoufflement, des douleurs thoraciques, des convulsions et une perte de conscience pouvant entraîner la mort, ainsi que des problèmes physiques qui peuvent survenir en fonction de la quantité de CO présente dans l'air. Par exemple :

Volume de CO (parties par million (ppm)) Effets physiques
200 ppm Maux de tête en 2-3 heures
400 ppm Maux de tête et nausées en 1 à 2 heures, danger de mort en 3 heures.
800 ppm Peut provoquer des crises, de graves maux de tête et des vomissements en moins d'une heure, une perte de conscience en deux heures.
1 500 ppm Peut provoquer des étourdissements, des nausées et une perte de conscience en moins de 20 minutes, et la mort en une heure.
6 400 ppm Peut provoquer une perte de conscience après deux ou trois respirations : mort dans les 15 minutes.

Environ 10 à 15 % des personnes qui subissent une intoxication au CO développent des complications à long terme. Celles-ci comprennent des lésions cérébrales, des pertes de vision et d'audition, la maladie de Parkinson et des maladies coronariennes.

Comment un moniteur de CO peut-il contribuer à la sécurité et à la conformité et, le cas échéant, quels sont les produits disponibles ? 

Tous les opérateurs qui travaillent sur des installations commerciales ou des applications domestiques doivent être enregistrés auprès d'une association compétente, à savoir le registre Gas safe, le programme HETAS (Heating equipment testing and approval scheme) pour les applications à combustible solide et l'OFTEC (Oil firing technical association) pour les appareils à pétrole. Par conséquent, les moniteurs personnels de CO offrent la meilleure qualité et la plus grande portabilité en matière de détection de gaz CO pour protéger l'opérateur sur son lieu de travail.

Crowcon Clip SGD est conçu pour être utilisé dans les zones dangereuses tout en offrant une surveillance fiable et durable de la durée de vie fixe dans un dispositif compact, léger et sans entretien. Le Clip SGD a une durée de vie de 2 ans et est disponible pour le sulfure d'hydrogène (H2S), le monoxyde de carbone (CO) ou l'oxygène (O2). Le détecteur de gaz personnel Clip SDG est conçu pour résister aux conditions de travail industrielles les plus difficiles et offre une durée d'alarme, des niveaux d'alarme modifiables et un enregistrement des événements à la pointe de l'industrie, ainsi que des solutions conviviales de test de déclenchement et d'étalonnage.

Crowcon Gasman avec capteur de CO spécialisé est un détecteur monogaz robuste et compact, conçu pour être utilisé dans les environnements les plus difficiles. Sa conception compacte et légère en fait le choix idéal pour la détection des gaz industriels. Pesant à peine 130 g, il est extrêmement durable et offre une résistance élevée aux chocs et une protection contre la poussière et l'eau. Il est doté d'alarmes puissantes de 95 dB, d'un avertissement visuel rouge/bleu vif, d'une commande à bouton unique et d'un écran LCD rétroéclairé facile à lire qui permet de visualiser clairement les lectures de niveau de gaz, les conditions d'alarme et la durée de vie des piles. L'enregistrement des données et des événements est disponible en standard, et l'appareil est doté d'un système intégré d'avertissement 30 jours à l'avance lorsque l'étalonnage est nécessaire.

Pourquoi les certifications de gaz sont-elles importantes ?

Qui classe les certificats de gaz ?

L'une des préoccupations les plus importantes sur un lieu de travail industriel est le risque potentiel d'incendie et/ou d'explosion. Cependant, il existe des directives qui fixent des normes visant à contrôler les atmosphères explosives. ATEX (ATmosphère EXplosible) est le nom communément donné à deux directives européennes visant à contrôler les environnements explosifs. IECEX (International Electrotechnical Commission for Explosive Atmospheres) est la certification que tous les appareils électriques doivent passer par la Commission électrotechnique internationale pour garantir qu'ils répondent à une norme de sécurité minimale qui déterminera s'ils peuvent être utilisés dans des environnements dangereux ou explosifs. Aux États-Unis, Underwriters Limited (UL) est un organisme de sécurité qui certifie la sécurité d'utilisation des produits destinés à être vendus sur le marché. De même, les normes nationales canadiennes (CSA) fournissent aux produits mis sur le marché ou mis en service une certification de sécurité indiquant qu'ils sont aptes à être utilisés. Cependant, le niveau d'intégrité de sécurité (SIL) est le niveau de réduction des risques fourni par une fonction de sécurité, ou pour spécifier un niveau cible de réduction des risques. Les opérateurs se fient aux certificats fournis par les normes ATEX et Sil pour prévenir les incendies et les explosions, mais aussi pour assurer la sécurité de toutes les personnes présentes sur les lieux de travail industriels.

Dangers sur le lieu de travail

Les risques sur le lieu de travail sont trop nombreux pour être comptés, mais un emplacement dangereux est défini comme une zone dans laquelle des substances combustibles ou inflammables sont ou peuvent être présentes. Les emplacements dangereux sont spécifiés en fonction du type de danger combustible et de la probabilité de sa présence. Ils sont déterminés par les classifications établies par le National Electric Code (NEC) aux États-Unis et par la Commission internationale d'électrochimie (CEI) au niveau international. Ces classifications sont définies de deux manières : le système de classes/divisions en Amérique du Nord ou les zones/groupes au niveau international.

Classe et divisions

Divisions :

Division 1 : Il y a une probabilité que le danger soit présent dans des conditions normales de fonctionnement.

Division 2 : Le danger est présent dans des conditions anormales (c'est-à-dire en cas de déversement ou de fuite).

Cours :

Classe 1: Gaz

Classe 2: Poussière

Classe 3: Fibres

Zones et groupes

Zones : identifient la possibilité qu'un danger soit présent.

Zone 0 : le danger est présent en permanence et pendant une période prolongée.

Zone 1 : Il y a une chance que le danger soit présent mais dans des conditions normales de fonctionnement conditions normales de fonctionnement

Zone 2 : Le danger n'est pas susceptible d'être présent dans des conditions normales pendant une période prolongée. temps

Groupes: Identifier le type de danger particulier

Groupe 1 : Industrie minière - risques spécifiques

Groupe 2 : un groupe identifie le danger comme étant de nature gazeuse.

A : Méthane, propane et autres gaz similaires.

B : Ethylène et gaz ou ceux qui présentent un risque de danger similaire

C : Acétylène, hydrogène ou risques similaires

Groupe 3 : Poussières et autres groupes selon la taille de la particule et le type de matériau

Comprendre les logos de certification

Les logos situés sur l'équipement indiquent quelle association a testé et évalué l'équipement, garantissant ainsi sa sécurité sur la base des normes établies. De nombreuses associations certifient que l'équipement est antidéflagrant, précisant que toute inflammation sera contenue dans l'appareil et ne constituera pas une menace pour l'environnement extérieur. Cette action est intrinsèquement sûre, empêchant ainsi l'appareil de créer une étincelle qui pourrait conduire à une explosion dans un environnement dangereux.

Pourquoi les certificats sont importants

Bien qu'il soit difficile d'identifier toutes les classifications, pour s'assurer que l'équipement a été certifié sûr, il est essentiel de rechercher les logos familiers comme un signe primaire que l'équipement est sûr et ne constituera pas une menace pour l'environnement. Les certificats permettent à l'opérateur de visualiser facilement non seulement que les appareils fonctionnent correctement mais aussi qu'ils protègent tous ceux qui se trouvent dans l'environnement dangereux qu'ils sont censés mesurer.

Que devez-vous savoir sur l'hydrogène ?

L'hydrogène est l'une des sources de gaz les plus abondantes, représentant environ 75 % du gaz présent sur notre Terre. L'hydrogène est présent dans divers éléments, notamment la lumière, l'eau, l'air, les plantes et les animaux, mais il est souvent combiné à d'autres produits chimiques, la combinaison la plus connue étant celle de l'oxygène pour produire de l'eau.

Qu'est-ce que l'hydrogène et quels sont ses avantages ?

Historiquement, l'hydrogène gazeux a été utilisé comme composant du carburant pour fusées ainsi que dans des turbines à gaz pour produire de l'électricité ou pour faire fonctionner des moteurs à combustion pour la production d'énergie. Dans l'industrie pétrolière et gazière, l'hydrogène excédentaire provenant du reformage catalytique du naphte a été utilisé comme combustible pour d'autres opérations unitaires.

Le gaz hydrogène est un gaz incolore, inodore et insipide, plus léger que l'air. Comme il est plus léger que l'air, il flotte plus haut que notre atmosphère, ce qui signifie qu'il n'existe pas à l'état naturel, mais doit être créé. Pour ce faire, on le sépare des autres éléments et on en recueille la vapeur. L'électrolyse est réalisée en prenant un liquide, généralement de l'eau, et en le séparant des produits chimiques qu'il contient. Dans l'eau, les molécules d'hydrogène et d'oxygène se séparent, laissant deux liaisons d'hydrogène et une liaison d'oxygène. Les atomes d'hydrogène forment un gaz qui est capturé et stocké jusqu'à ce qu'il soit nécessaire, les atomes d'oxygène sont libérés dans l'air car ils ne sont plus utilisés. Le gaz d'hydrogène produit n'a aucun impact négatif sur l'environnement, ce qui amène de nombreux experts à penser que c'est l'avenir.

Pourquoi l'hydrogène est considéré comme un avenir plus propre.

Pour produire de l'énergie, on brûle un combustible qui est un produit chimique. Ce processus signifie généralement que les liaisons chimiques sont rompues et combinées avec l'oxygène. Traditionnellement, le méthane a été le gaz naturel de choix, 85 % des foyers et 40 % de l'électricité du Royaume-Uni dépendant du gaz. Le méthane était considéré comme un gaz plus propre que le charbon, mais sa combustion produit du dioxyde de carbone, ce qui contribue au changement climatique. Le gaz hydrogène, lorsqu'il est brûlé, ne produit que de la vapeur d'eau comme déchet, celle-ci étant déjà une ressource naturelle.

La différence entre l'hydrogène bleu et l'hydrogène vert.

L'hydrogène bleu est produit à partir de sources d'énergie non renouvelables, par deux méthodes : le reformage à la vapeur ou l'autothermie. Le reformage du méthane à la vapeur est la méthode la plus courante pour produire de l'hydrogène en vrac. Cette méthode utilise un reformeur qui produit de la vapeur à une température et une pression élevées. Celle-ci est combinée au méthane et à un catalyseur au nickel pour produire de l'hydrogène et du monoxyde de carbone. Le reformage autothermique utilise le même procédé, mais avec de l'oxygène et du dioxyde de carbone. Les deux méthodes produisent du carbone comme sous-produit.

L'hydrogène vert est produit en utilisant l'électricité pour alimenter un électrolyseur qui sépare l'hydrogène de la molécule d'eau en produisant de l'oxygène comme sous-produit. Il permet également d'utiliser l'excédent d'électricité pour électrolyser et créer de l'hydrogène gazeux qui peut être stocké pour l'avenir.

Les caractéristiques de l'hydrogène ont créé un précédent pour l'avenir de l'énergie. Le gouvernement britannique y voit un moyen de progresser vers un mode de vie plus écologique et s'est fixé pour objectif de créer une économie de l'hydrogène florissante d'ici 2030. Le Japon, la Corée du Sud et la Chine sont en passe de réaliser des progrès considérables dans le développement de l'hydrogène et se sont fixé des objectifs similaires à ceux du Royaume-Uni pour 2030. De même, la Commission européenne a présenté une stratégie de l'hydrogène dans laquelle l'hydrogène pourrait fournir 24 % de l'énergie mondiale d'ici 2050.

Améliorer la détection des fuites d'hydrogène pour accroître l'efficacité des piles à combustible et de l'électrolyse PEM

Co-édité par Alicat & Crowcon

Dans le cadre de la campagne mondiale en faveur de sources d'énergie durables et neutres en carbone, de nombreux pays et entreprises s'intéressent de plus en plus aux carburants alternatifs. L'un de ces combustibles est l'hydrogène, qui joue un rôle essentiel dans le paysage des énergies propres en tant qu'alternative verte au gaz naturel. Cette situation a suscité un intérêt soudain pour la technologie des piles à combustible et de l'électrolyse.

L'un des principaux défis auxquels sont confrontés ces deux procédés est la fuite d'hydrogène. L'hydrogène gazeux doit être soigneusement contrôlé à l'entrée des piles à combustible PEM et à la sortie de l'électrolyse. Toute fuite qui se produit non seulement réduit l'efficacité, mais augmente également les coûts et introduit des risques potentiels tels que l'inflammabilité et l'asphyxie.

Nous abordons ici la détection des fuites d'hydrogène de manière plus détaillée et proposons plusieurs solutions pour contribuer à améliorer la sécurité et l'efficacité des processus des piles à combustible.

Pourquoi l'hydrogène fuit dans les piles à combustible

H2 Le gaz a une forte propension à fuir en raison de sa très petite taille et de sa faible densité (0,09 g/L à NTP de 0°C / 1 atm) qui correspond à une forte flottabilité.

Dans les empilements de piles à combustible, l'hydrogène est susceptible de fuir les joints présents au niveau des connexions de processus près des cylindres de stockage d'H2 et des voies d'écoulement associées. Bien qu'il soit presque impossible d'atteindre un confinement des gaz à 100 % dans un empilement de piles à combustible, une détection fiable des fuites est essentielle pour minimiser les pertes.

La détection des fuites d'hydrogène est essentielle pour assurer la sécurité des processus et du personnel.

Non seulement les fuites réduisent l'efficacité du processus, mais elles deviennent un grave problème de sécurité. L'hydrogène a une limite inférieure d'explosivité (LIE) de seulement 4 % en volume, ce qui signifie que même de minuscules quantités de H2 peut provoquer des explosions lorsqu'il est mélangé à l'air atmosphérique. Même une étincelle d'électricité statique provenant du doigt d'une personne suffit à déclencher une explosion en présence d'hydrogène.

L'hydrogène étant inodore, incolore et insipide, la détection des fuites d'hydrogène est extrêmement difficile sans l'aide de capteurs mécaniques. La surveillance de l'hydrogène exige donc un équipement spécialisé pour alerter le personnel du danger et déclencher les procédures d'intervention d'urgence.

Détecter l'hydrogène avec la technologie traditionnelle des capteurs

Les technologies traditionnelles de capteurs pour la détection des gaz inflammables sont les pellistors. Leur principal inconvénient est qu'ils ont besoin d'oxygène, ce qui les rend inadaptés à certaines installations. Un autre problème est que, dans certaines applications, les pellistors risquent d'être empoisonnés ou inhibés, laissant les travailleurs sans protection. Ces capteurs ne sont pas à sécurité intégrée et une défaillance ne sera pas détectée à moins d'appliquer un gaz d'essai, ce que l'on appelle communément un test de déclenchement.

Détection avec des instruments de débit massique

La détection des fuites d'hydrogène repose sur des instruments de traitement en ligne et sur une surveillance attentive des entrées et sorties du système. Pour l'électrolyse PEM, une méthode consiste à comparer les débits massiques de l'entréeH2Oet de la sortie hydrogène pour calculer la quantité de fuites survenant au cours du processus. Les instruments Coriolis sont idéaux pour mesurer et contrôler l'entrée deH2Opour de tels systèmes d'électrolyse.

Banc d'essai pour le contrôle de l'étanchéité des piles à combustible

Figure 1. Banc d'essai pour le contrôle de l'étanchéité des piles à combustible

Pour les systèmes de piles à combustible PEM, une méthode courante de détection des fuites d'hydrogène consiste à utiliser une combinaison de capteurs d'hydrogène et de débitmètres. Un débitmètre situé en aval de l'alimentation enH2 et des mesures peuvent être utilisés conjointement avec des capteurs d'hydrogène pour détecter toute fuite du côté de l'anode d'un empilement de piles à combustible PEM.

Les instruments de débit massique basés sur la pression différentielle permettent des temps de réponse rapides, ce qui permet de détecter les fuites en temps réel. Compte tenu de leur sensibilité, ils sont également capables de mesurer de très petites fuites avec une précision et une exactitude élevées. Cela peut aider à identifier les points de fuite afin d'améliorer l'efficacité globale du processus, de diminuer les coûts et de réduire les risques de danger pour les opérateurs.

Détection avec la technologie MPS™

Xgard Bright de Crowcon

Figure 2. Le Xgard Bright de Crowcon

Crowcon, une autre société de Halma, dispose également d'une large gamme de produits pour la détection de l'hydrogène. Le Xgard Bright utilise leur toute dernière technologie, le spectromètre à propriété moléculaire (MPS™), pour détecter et mesurer les niveaux ambiants d'hydrogène et d'autres gaz inflammables avec une grande exactitude et précision en temps réel. En outre, les capteurs ne nécessitent pas de réétalonnage, ce qui réduit considérablement le coût total de possession et limite l'interaction avec les unités. Le Xgard Bight assure que les opérateurs de processus ne risquent pas d'être empoisonnés tout en garantissant l'absence de fausses alarmes.

Alicat, Crowcon et la famille de marques Halma sont là pour fournir des solutions permettant de créer un monde plus sûr, plus propre et plus sain.